14 juin 2005


BILAN DE LA CONVENTION

Le Collectif « A Hauteur d'Homme » a organisé le 14 juin 2005 en exclusivité la Première Convention Internationale de la Citoyenneté sur le thème « La Société en question » avec un débat public sous forme de « grand jury » orchestré à la manière d'un prétoire avec le Service Juridique « Alter Egaux ».

Venues de France, d'Europe et d'Afrique, 100 personnalités administratives, artistiques, associatives, culturelles, familiales, intellectuelles, juridiques, médiatiques, médicales, politiques, professionnelles et sociales ont débattu intensément sur les aspects majeurs de l'existence.

En présence du Bureau du Parlement « Sans Frontières » réuni pour la première fois avec 15 pays représentés, tous les participants de cette Convention ont unanimement mis l'accent sur les facteurs de discrimination qui pèsent dans notre société à travers les nations comme autant de stigmates négatifs.

De même, chacun a déploré l'absence de priorités positives en faveur des personnes en situation de handicap ou d'exclusion sociale dans les domaines fondamentaux de l'intégration : prévention, soins, scolarité, formation, emploi, accessibilité, transports, logement, aides humaines à la hauteur des besoins, aides techniques, ressources, reconnaissance égalitaire par l'exercice des droits essentiels.

De manière générale, on peut hélas regretter que, dans les dispositions légales en vigueur, les personnes concernées, parfois appelées dans les textes européens « les citoyens invisibles », soient souvent considérées comme des citoyens de seconde zone, oubliés voire cachés.

Après une double série de témoignages aussi accablants que concordants, tant en France qu'en Europe, toute l'assemblée s'accorde pour demander en extrême urgence l'abolition de ces anomalies.

A l'issue de ces délibérations et de tous les témoignages exprimés comme autant de réquisitoires, l'assistance transformée en jury populaire conclue par un verdict commun qui s'impose spontanément.

Plainte unanime des participants contre une société en question, en accusation, en jugement.

100 voix contre la discrimination, l'exclusion, l'indifférence et la non assistance à personnes en danger. Revendications à faire approuver par l'ensemble des décideurs nationaux et internationaux.

Le Parlement « Sans Frontières » aura précisément pour mission d'agir auprès des autorités concernées pour exercer un pouvoir de revendication et fédérer les énergies pour faire changer la vie.

Il appartient à la société, nationale et internationale, et essentiellement à tous ceux qui en assument la responsabilité, de faire impérativement le nécessaire pour que toutes les personnes frappées d'une exclusion ou d'une injustice, en aient réparation afin que dans les 2 ans qui viennent, chaque être humain retrouve sa pleine citoyenneté en conformité imprescriptible avec les droits de l'homme.


MAJ : 08-03-06